Accueil

Pour soutenir notre action, venez danser le 26 Novembre 2017 à la Maison des étudiants

pour acheter vos places :

https://www.billetweb.fr/clitoris-party-7

 

SOUTENIR LES FEMMES VICTIMES DE LA TRAITE HUMAINE et/ou DE PROSTITUTION FORCÉE

Savez-vous qu’en France des milliers de femmes souffrent de prostitution forcée ?

Dont des centaines de mineures, parfois âgées de moins de 14 ans ?

Selon les données de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), un grand nombre de femmes nigérianes sont arrivées sur les côtes européennes pour y devenir prostitué :

 – 433 en 2013.

 – 1 454 en 2014.

 – 5 653 en 2015.

 – 7 768 en septembre 2016.

Ces femmes sont des victimes de la traite humaine, la plupart sont excisées, victimes de mariages forcés et/ou vendues pour se prostituer en Europe.

QUI SONT LES AMI-E-S DES FEMMES DE LA LIBÉRATION ? POURQUOI EXISTONS-NOUS ?

À Poitiers, près de 70 femmes se prostituent dans la rue. Nigérianes pour la plupart, elles ne savent ni lire ni écrire. La prostitution n’a jamais été leur choix : arrivées en Europe, elles ont été livrées à des proxénètes qui les ont obligées à se prostituer, en menaçant de mort leurs familles restées au Nigeria. Certaines sont encore adolescentes. La violence des clients et de leurs proxénètes est leur quotidien : ces femmes pourtant vulnérables ont parfois le courage de sortir de l’ombre, quand on leur tend la main.

Nous avons créé les Ami-e-s des Femmes de la Libération il y a trois ans maintenant, dans le but d’aider ces femmes à sortir de la prostitution, et le chemin que nous avons parcouru est déjà long ! Nous avons accompagné près de 25 femmes nigérianes. Après un travail intense, la relation qui s’est créée entre les bénévoles et les femmes est désormais basée sur la confiance mutuelle.

Toutes veulent en finir avec la prostitution : certaines trouvent le courage de dire NON, malgré toutes les menaces pour leur vie et celle de leurs proches. La détermination s’empare d’elles au fur et à mesure de notre accompagnement, et aujourd’hui, elles sont prêtes à laisser ce passé derrière elles.

LAFL s’engage dans la lutte contre le proxénétisme et l’excision qui sont au service d’un plaisir exclusivement masculin en faisant de la femme au mieux un objet, au pire une mutilée. LAFL œuvre pour la reconstruction psychologique de ces femmes et quand cela est nécessaire leur reconstruction physiologique. L’objectif est d’accompagner les victimes de la traite humaine, contraintes à se prostituer, avec l’espoir de les sortir de la prostitution.